Articles

HOLLENSETT Gabrielle

Entre figuration libre et abstraction, Gabrielle interprète les paysages de sa mémoire. La lumière joue un rôle prédominant. Les arêtes fines de la matière déposée au couteau ou au pinceau la captent et dirigent l’œil vers une échappée lumineuse, qui contraste avec la masse imposante des cargos rouillés, la noirceur des paysages industriels ou l'inhumanité des grandes métropoles. Une peinture musicale à la fois sombre et colorée, percutante et douce, qui touche par sa force émotionnelle.